top of page
  • Writer's picturerossi jeanluc

Conservation des œufs : 1901


  • En Angleterre, pour conserver les œufs, on a recours au deux procédés suivants : Dans le premier, on frotte les œufs avec un mélange chauffé d'huile d'olive et de cire ; dan le second, les œufs sont enduits tout simplement de suif. Bien entendu, les œufs ainsi préparés sont rangés encaisse bien close.

  • Les œufs destinés à la conservation doivent être d'une grande fraîcheur, et non fécondés. D'après un vieux dicton, les œufs recueillis entre les "Deux Notre-Dame" : 15 août, 8 septembre, se conservent beaucoup mieux que les autres. La chose paraît s'expliquer, pense-t-on, en ce qu'à cette époque , les coqs fatigués par un long service et par la crise annuelle de la mue, épuisés par les chaleurs caniculaires, manquent d'ardeur plutôt : aussi les œufs possédant le germe sont-ils moins nombreux, partant moins putrescibles.

  • Comparaison gourmande

  • On lit dans les commentaires de L'école de Salerne : "il paraît que chez les Romains, on savait déjà faire les pâtés de foie gras".

  • C'est plus qu'une probabilité, mais une certitude, Pline en donne l'affirmation Or, ne serait-il pas curieux et suprêmement intéressant de pouvoir soumettre aux méditations d'un aéropage de gastronomes modernes l'un de ces Pâtés réédités de cuisines de Seaurus, et un Parfait de foie gras Michel ?

  • Et il y aurait là, pour le secrétaire de la docte assemblée, matière à fournir un rapport documenté, qui pourrait être lu en séance plénière d'une académie gourmande

L'homme qui lit

2 views0 comments

Comments


bottom of page