top of page
  • Writer's picturerossi jeanluc

SARAH BERNHARDT A TABLE


C'est l'hôtel Savoy, situé dans la 5 e avenue, qui a eu cette fois-ci l'honneur d'hospitaliser la grande tragédienne. Elle y occupe un appartement complet, très luxueusement meublé. M Coquelin et deux intimes qui sont descendus au même hôtel ont la bonne fortune d'être admis tus les jours à la table de Madame Sarah Bernhardt, et de partager avec elle les excellentes choses qu'elle sait si bien choisir parmi les centaines de mets qui composent le menu de l'Hôtel Savoy, dont les cuisines sont placées sous la direction d'un très habile praticien qui est en même temps un sympathique collègue : M. Xénophon Kuzmier.

Contrairement à ce que beaucoup de personnes s'imaginent, Madame Sarah Bernhardt n'aime que la cuisine simple, plutôt bourgeoise , de préférence à la grande cuisine, quoi que ne dédaignant pas les mets recherchés ; mais dans les deux, il faut que ce soit parfait en tous points. En cuisine, comme au théâtre, elle n'admet pas de médiocrités, et elle ne fait aucun cas de tous ces mets exotiques et extraordinaires, portant des noms bizarres selon le cri du jour.

J'ajouterai que la grande artiste excelle à composer un menu, en y joignant les observations qu'il comporte pour qu'il soit parfait ; tout simplement comme s'il s'agissait de faire son entrée en scène.

En général Mme Sarah Bernhardt fait trois repas par jour : le déjeuner de midi à une heure ; le diner de sept à sept heures et demie, et le souper de minuit à deux heures du matin. Si elle est seule , un plat d'œufs, un côtelette ou un tournedos, une aile de poulet ou un petit oiseau, un plat de légumes (pommes de terre Sarah Bernhardt) et un dessert simple en fruits de saison ou parfois une glace , composent son menu. Si elle est avec M. Coquelin, le menu est un peu augmenté.

Voici un de ses menus en commençant par celui qui lui fut servi après la première de "L'Aiglon", le 27 novembre à 2h du matin, avec M. Coquelin comme convive

Souper du 27 novembre:

- Œufs à la coque

-Cuisses de grenouilles sautées

-Casserole de pommes de terre au naturel

-Pommes

Lunch du 27 novembre: 4 couverts

-Omelette aux champignons frais

-Harengs grillés Maitre d'hôtel

-Entrecôte sauce Béarnaise

-Pommes de terre Sarah Bernard

-Pudding de semoule

-Café

Diner du 3 décembre à 7h30 : Mme Sarah Bernard seule

-Potage de volaille à l'allemande

-Poularde au riz à l'ancienne

-Artichauts sauce hollandaise

-Glace au citron

Lunch du 4 décembre à 1h : 4 couverts

-Céleris au naturel

-Canapé de caviar

-Œufs à la Turque

-Soles au gratin

-Filets mignons Béarnaise

-Pommes de terre Sarah Bernhardt

-Omelette soufflée

-Café

Souper du 4 décembre à minuit 1/4 : 2 couverts

-Œufs sur e plat au lard américain Bacon

-Huitres frites panées à 'anglaise

-Reed birds rôtis (petit oiseau genre ortolan)

-Châtaignes bouillies

-Pommes

Lunch du 7 décembre à 1heure : 2 couverts

-Œufs brouillés aux truffes*Eperlans frits

-Rognon brochette

-Hamburger steak

-Pomme de terre Lyonnaise

-Pommes

Souper du 6 décembre à minuit : 2 couverts

-Omelette aux crabes d'huitres

-Jambon froid

-Marrons bouillis

Ernest Glass


DINDE TRUFFEE

Elle était vraiment séductrice

L'odeur, qui soudain, s'exhala,

Pendant le diner de gala,

Présidé par l'ambassadrice.

Quand la volaille corruptrice,

Triomphalement circula,

Plus d'un parti-pris s'envola

Comme un éphémère caprice.

Contre le charme affriolant

Du tubercule succulent

Le diplomate en vain se blinde ;

Et l'on a vu plus d'un traité

Conclu sans qu'on se soit douté

Des bons offices de la dinde.

Eugène Dalzac (1834/1906)





19 views0 comments
bottom of page